Sous ce titre énigmatique "la mélancolie du kangourou", se cache une bonne surprise de lecture, le livre de Laure Manel que je viens de terminer :

Mélancolie kangourou Antoine et Raphaëlle sont heureux, ils vont être parents pour la première fois.... mais ce moment de bonheur espéré se transforme en drame, Raphaëlle meurt durant l'accouchement.

Antoine, dévasté, n'arrive pas à réaliser l'inconcevable, ne voit même pas l'intérêt de créer un lien avec sa petite Lou... l'irruption de Rose, venue s'occuper de sa fille, va lui permettre, petit à petit, d'entamer son travail de deuil et de dépasser sa souffrance pour venir à la rencontre de Lou...

Evidemment, à la lecture de ce scénario, on aurait pu craindre un récit un peu larmoyant, qui enfonce le clou du pathos... mais il n'en est rien, l'auteure a su éviter le piège de l'apitoiement et du mélo, trace avec beaucoup de finesse les différentes étapes du deuil, et par petites touches, nous attache à chaque page davantage à ses personnages.

Un récit plein d'énergie et de force de vie, comme elle le dit elle-même, "une histoire de résilience, comment on peut se relever d'un drame, comment on peut aimer la vie malgré tout ce qu'elle peut nous prendre, combien une rencontre peut apporter... parce que je crois en tout cela".

Et c'est ce message qu'elle porte dans ce beau roman. Du positif et de la force de vivre, à la rentrée, ça fait du bien, non ?