Je viens de finir un livre réservé à la bibliothèque depuis quelque temps déjà, un titre que j'avais sélectionné parmi ceux que partage avec nous Cath (le blog de Cath) dans son coin lecture :

Filles de la mer Mary Lynn BRACHT, dont c'est le premier roman, est une Américaine d'origine sud-coréenne.

Dans ce livre bouleversant, elle s'inspire de faits réels, dont, personnellement, je n'avais jamais entendu parler : pendant la deuxième guerre mondiale, les Japonais ont enlevé un grand nombre de jeunes filles (entre 50 et 200 000 selon les estimations) pour leur faire vivre un calvaire loin de chez elles, en Mandchourie, en tant que "femmes de réconfort", en fait en tant qu'esclaves sexuelles ...

Mary Lynn BRACHT nous raconte la destinée de deux soeurs originaires de l'île de Jeju : dans cette île, la plupart des femmes sont "haenyeo", des femmes qui pêchent en apnée et font vivre leur famille... Hana, pour éviter à sa jeune soeur Emi d'être kidnappée par un soldat japonais, se laisse enlever à sa place...

Le roman se partage entre le récit d'Hana (en 1943) et celui d'Emi (en 2011).

Malgré un sujet très dur, très sombre même, ce roman est vibrant de vie et de force, et ne sombre jamais dans le larmoyant... au contraire, il délivre un message positif, l'auteure indiquant, en parlant des expatriées de son entourage, qu'elle "a toujours été fascinée par leur capacité à surmonter, par le rire et l'amitié, les épreuves auxquelles elles avaient du faire face"...

Parler du sort réservé à ces femmes par les Japonais permet à l'auteure de parler des souffrances faites aux femmes en temps de guerre, souffrances qui se perpétuent hélas, aujourd'hui encore, dans tant de pays... 

Elle finit par une note d'espoir, en parlant du devoir de mémoire qui nous incombe à tous : "c'est en nous souvenant du passé que nous l'empêcherons de se répéter. Les livres d'histoire, les chansons, les romans, les pièces de théâtre, les films et les monuments commémoratifs seront essentiels pour nous aider à ne jamais oublier, afin de construire l'avenir sur la paix."