Je viens de finir, presque en même temps, deux romans policiers empruntés à la bibliothèque... 

Dans le premier, je retrouve le Commissaire Brunetti :

Brunetti en trois actes "Brunetti en trois actes". Cette enquête policière nous plonge dans l'univers de l'opéra, des ténors et des cantatrices. Lors d'une représentation de la Tosca à laquelle il assiste avec son épouse Paola, la célèbre diva Flavia Petrelli confie au commissaire son inquiétude grandissante devant les témoignages excessifs d'admiration d'un fan... jusqu'où peut aller l'obsession d'un ou d'une fan pour son idole ? par quel mécanisme tortueux en vient-il parfois aux pires extrémités envers l'objet de son idôlatrie voire même s'en prend à son entourage ?

Certes, il ne s'agit pas d'une enquête classique, mais on partage le malaise grandissant, puis l'angoisse et la peur de la diva, en se demandant comment cette "attention" malsaine, proche de la folie va finir...

Le deuxième commence comme un roman policier, par l'assassinat "sauvage" d'une octogénaire sans histoire :

Les cendres froides   "les cendres froides" de Valentin Musso. Celui-là, je l'ai retenu grâce à l'avis de Cath sur son blog...

Dans cette histoire, on découvre à quel point un secret de famille trop longtemps enfoui peut littéralement ravager la vie de ceux que le détenteur du secret pensait protéger... d'autant plus quand il a trait aux pages sombres de l'occupation en France...

Je n'avais rien lu jusque-là du frère de Guillaume Musso, j'avoue avoir été séduite par la fluidité de l'écriture, les allers et retours dans le passé qui s'insèrent harmonieusement dans le récit, un récit douloureux, dont la chute inattendue fait réfléchir : n'est-il pas préférable de révéler la vérité sur un secret aux enfants, plutôt que de le voir revenir comme un boomerang, des années après ?